Votre CSLP

Le Comité et ses missions

Le CSLP est une association loi 1901, apolitique et aconfessionnelle. Ses statuts ont été déposés en 1966. Il vous souhaite la bienvenue à Pouvourville.

 

Le CSLP aujourd’hui

Les objectifs du comité ont évolué au fil des années en raison de l’urbanisation croissante du quartier. Le Comité des Sports et Loisirs de Pouvourville est devenu Comité de Quartier. Aujourd’hui, ses volontés sont d’agir pour la défense des intérêts collectifs, de développer et promouvoir les activités sportives, les loisirs et la culture dans le quartier. Le CSLP propose des activités dans les salles de la Maison de quartier (4 impasse de Sarrangines et rue Fondeville), et coordonne les souhaits des habitants du quartier pour le bien-vivre ensemble, souhaits qu’il relaie auprès des pouvoirs publics.

 

2012-07-17-16.04.41

 

Une assemblée générale annuelle réunit les adhérents du CSLP, qui élisent un Conseil d’administration.
Le Conseil d’administration élit le bureau, détermine les grandes actions et vote le budget du CSLP.

Le bureau assure la gestion du CSLP. Bureau 2017 :

Président : Arnaud Coussemaeker

Vice-Présidente, en charge des animations et des activités : Josiane Muller

Vice-Président, en charge du comité de quartier : Robert Farré

Secrétaire : Monique Blanchard

Secrétaire adjointe : Christelle Aressy

Trésorière : Isabelle Farré

Quartier de Pouvourville

 

Les commissions accompagnent les activités principales du CSLP

– Commission urbanisme : Responsable Pierre Gayraud

– Commission salles et activités

Responsable des salles : Philippe Muller

Responsable des activités : Nicole Hernandez

– Commission animation : Responsables Josiane Muller et Christelle Aressy

– Commission communication : Responsable Arnaud Coussemaeker

– Site internet : Responsable Benoît Gellin

 

Historique du CSLP

– Lors de la réunion générale du 29 septembre 1965, le Comité des Fêtes du quartier rend compte de ses activités et de sa gestion ; il est décidé de créer un comité permanent chargé de l’organisation des fêtes et des loisirs dans le quartier toulousain de Pouvourville (quartier sud de Toulouse, entre la colline de Pech-David, la Garonne, la route de Narbonne et Ramonville).

– 15 personnes sont désignées pour accomplir les formalités nécessaires à la constitution d’une association loi 1901 qui aura pour but la défense et la promotion des sports et des loisirs et le développement de la culture dans le quartier.

– Au mois de février 1966, l’annonce de la création de ce comité est publiée au Journal Officiel de la République française. Le Comité des Sports et Loisirs de Pouvourville est lancé, et ne s’arrêtera pas.

2015-2-echos_cahier1-p7_article-DM-web

Historique des transports en commun dans le quartier

La ligne 54, Capitole-Pouvourville, a été créée en deux étapes.

Une première ligne jumelée avec Rangueil appelée 24/54 a été mise en place le 15 mai 1950.

Ensuite, compte tenu du nombre croissant d’usagers, le 15 juin 1953 la STCRT mit en service la ligne 54 directe depuis la place du Capitole jusqu’à Pouvourville en passant par St Michel, Jules Julien et le chemin de la Salade Ponsan.

Deux personnages folkloriques avaient été affectés à cette ligne : Le premier, Mr Lasvigne, chauffeur qui conduisait ce car avec beaucoup de délicatesse et précaution et le second, Mr Desbat, receveur très nerveux, toujours assis dans sa « cage » au fond du bus, très attaché au maintien de l’ordre dans ce « sanctuaire » et qui n’hésitait pas à prendre des mesures de coercition vis-à-vis des récalcitrants, surtout parmi les jeunes.

C’est comme cela qu’un jour de grand froid nous avons effectué tout le parcours depuis la place du Capitole avec la porte arrière ouverte après l’envoi d’une boule puante dans l’habitacle… !

Ces deux Messieurs d’un certain âge à cette époque n’hésitaient pas à jouer aux billes avec les enfants sur la place de l’église pendant la pause de midi et demi à treize heures trente.

Lorsque des habitants sur la place n’arrivaient pas, le bus klaxonnait pour leur rappeler que l’heure était passée.

Je ne parlerai pas des jours de neige où cet engin ne pouvait monter la cote et nous laissait à Bellevue, ce qui nous permettait de bonnes glissades et des bagarres de boules de neige. La mairie à l’époque n’était pas équipée en chasse neige et en matériel de sablage des routes.

Quant aux autres jours, il nous semblait que lors du changement de vitesse de seconde en première à moitié côte,  les bielles allaient traverser le plancher, compte tenu du bruit lors de cette opération.

Tout le monde se connaissait et l’on était au courant de tout ce qui se passait non seulement à Pouvourville mais sur tous les coteaux de Pech-David. Il n’y avait que deux rotations le matin, une à midi et demi et la dernière le soir à six heures et demi. Tout ce petit monde se retrouvait pour un trajet qui durait une bonne demi-heure, ce qui permettait à chacun de commenter les « nouvelles » du quartier.

Il y avait des habitués que l’on retrouvait tous les jours, matin et soir et qui animaient la vie de cette ligne par leurs commentaires et leurs histoires.

Bien sûr, elle existe toujours, mais avec des moyens modernes, des rotations plus fréquentes et des voitures plus confortables et c’est tant mieux.

Le folklore c’est pour les souvenirs d’une époque que l’on a appréciée pour son évolution et dont nous sommes les témoins.

bus54pouvourville

 

 

Vous êtes intéressé ?

Vous voulez en savoir plus sur le CSLP ?

✉ Ecrivez-nous